(G3-5-1) Je pratique régulièrement et je progresse à mon rythme.
Je pratique où, quand, avec qui et le temps que je veux, dans la position la plus confortable pour moi

MISE EN PRATIQUE
Rappel quotidien : 
Matin 
(par email)
Lecture de rappel : Matin - Midi (Alarme à programmer) 
Bilan et évaluation : Soir (auto-évaluation de 0 à 4 - D’insatisfaisant à très satisfaisant) (Tableau bilan sur 30 jours à imprimer ICI)

THEMEEnergie et stabilité - Méditation - Pratique régulière et modalités

OBJECTIFS (critères d’évaluation)

Je commence à méditer régulièrement (Au moins cinq minutes tous les jours)
Je choisis un moment quotidien.
J’accueille le silence
J’accorde une pause à mon esprit pour lui permettre de se calmer
Je deviens absolument conscient
J’arrête de m’identifier et je reviens à ma nature originelle.
Je me libérer du stress, de la tension et de l’anxiété.
Je m’implique avec l’univers sans activité.
Je deviens une solution et non plus un problème
Je prends conscience de la magie de mon existence.
Je m’éveille à de nouvelles dimensions en moi.
Je comprends que la méditation est une pratique personnelle et modulable. Et que si je suis satisfait de la façon dont je médite, c’est que j’ai trouvé, la bonne solution pour moi.

Explication détaillée de la pratique

Apprendre à méditer régulièrement pour : accueillir le silence ; accorder une pause à son esprit, lui permettre de se calmer ; devenir absolument conscient ; arrêter de s’identifier et revenir à votre nature originelle ; se libérer du stress, de la tension et de l’anxiété ; vous impliquer avec l’univers sans activité ; devenir une solution et non plus un problème ; prendre conscience de la magie de votre existence ; s’éveiller à de nouvelles dimensions en vous. 
La méditation ne fonctionne que si vous la pratiquez régulièrement.

Car votre esprit a besoin d’entraînement pour maîtriser votre attention et votre conscience.

Le cerveau se travaille comme un muscle. La méditation est avant tout une pratique, et rien ne remplace l’acte.

Il faut en faire une habitude.

Vous devez commencer par choisir un moment quotidien et consacrer tous les jours cinq minutes à la méditation.
 

Vous pouvez méditer :- où vous voulez... L’important est d’être à l’aise- dans la position que vous voulez…  selon ce qui est le plus confortable pour vous (Assis en tailleur mains sur les cuisses, ou sur une chaise, pieds sur le sol et dos droit)

- le temps que vous voulez… vous progresserez à votre rythme- quand vous le voulez… même s’il est plus facile de choisir un moment fixe dans la journée

- avec qui vous voulez…  Seul, avec un professeur, un ami ou en suivant une vidéo.

- comme vous le voulez… en fonction de vos capacités et de vos besoins. (Les yeux ouverts, si cela vous aide à rester en lien avec le monde qui vous entoure. Le regard à 1,5 ou 2 mètres de distance pour ne pas vous éparpiller… la bonne distance est personnelle).

Méditation

Elle est reconnue par la médecine traditionnelle car ses bienfaits sont nombreux et variés :

Elle permet de nous recentrer sur le présent.

Cela nous permet de pouvoir mieux prendre en compte nos sensations corporelles, notre respiration, nos pensées et émotions.

Cela nous permet de réduire nos pensées négatives et d’augmenter nos capacités de réflexion et de concentration.

 

Elle réduit le stress

La méditation est une dimension au-delà de l’esprit. Et le stress est une création de notre esprit.

C’est donc la seule solution pour nous libérer de tout notre stress. C’est la seule liberté contre le stress, la tension, et l’anxiété

 

Elle permet de moins se focaliser sur la souffrance.

En acceptant la réalité telle qu’elle est sans l’altérer par nos peurs et nos angoisses, nous apprenons à lâcher prise, à donner à notre conscience une plus grande place en empêchant la souffrance de devenir notre unique point d’attention.

On ne peut pas réduire la douleur, mais on peut modifier notre perception de celle-ci. La douleur reste identique, mais notre réaction à la douleur peut être modifiée volontairement par la pratique.

En acceptant psychologiquement la douleur sans la fuir, cela permet, paradoxalement, de mieux la supporter.

Elle permet à votre esprit de se comporter selon vos souhaits. Et si votre esprit vous écoute, alors vous ne créez plus de souffrance, d’anxiété et de peurs inutiles.

 

Elle stimule l'activité du cerveau et accroît sa connectivité

Elle améliore la capacité d’attention en nous permettant de vivre pleinement le moment présent

Elle permet une activité cérébrale plus stable et plus intense.

Elle abaisse le niveau de stress et apaise le flux de pensée par la stimulation du nerf vague.

Elle améliore les capacités sportives par une meilleure gestion de la douleur, une conscience spatiale plus aiguisée, une restauration des muscles au repos plus efficace, une endurance mentale accrue.

 

Elle augmente nos niveaux de compassion et d’empathie

Elle permet de se détacher de soi-même pour pouvoir s'ouvrir au monde.

Car en étant plus dans le présent et la réalité nous développons trois niveaux de conscience :

 

La conscience primaire, qui correspond à la somme de nos sensations et de nos impressions.

C’est la conscience qui “tourne” en permanence, et qui permet par exemple de lire en étant conscient d’être chez soi.

 

La conscience identitaire, qui correspond à la notion de “soi”. Elle permet de réaliser que nos sensations sont les nôtres et qu’elles forment notre identité et notre histoire ;

 

La conscience réflexive, qui correspond à notre auto-analyse et aux réflexions que nous portons sur nous-même.

Ainsi, en prenant plus conscience de nos sensations , de nos impressions, de nous, de notre environnement et de nos processus mentaux… nous pouvons nous en dissocier plus facilement.

 

Ce qui permet de nous diluer dans l’environnement et inversement :

* nous comprenons mieux notre identité, nos fonctionnements, et le monde dans sa globalité.

* nous cessons de nous isoler et nous nous ouvrons au monde et aux autres ce qui favorise la compassion.

 

Et la compassion nous permet d'aimer les autres ce qui nous permet en retour de prendre soin de nous… et ainsi :- de lutter contre le stress empathique, c’est-à-dire le stress induit par la souffrance des personnes qui nous entourent.- d’améliorer la résilience individuelle, c’est-à-dire la capacité à se remettre d’une épreuve traumatique.

Ressentir de la compassion altruiste rend donc plus heureux, ou au minimum moins malheureux.

 

Voyons d’abord ce qu’elle n’est pas pour mieux visualiser ce qu’elle est :

 

Ce n’est pas une apologie de l’inaction

Elle ne s’appuie pas sur le calme, l’observation, le contrôle de soi-même, la gestion de nos émotions.

Elle a besoin de l’action… Elle la prépare, la facilite, permet de s’en détacher, d’apprendre quand agir et quand cesser d’agir.

 

Ce n’est pas un but mais plutôt une intention.

Cette intention consiste, en étant pleinement conscient de nos pensées et de nos émotions, à contrôler notre mental pour accéder à notre nature profonde.

Donc le mieux est de ne rien en attendre et de continuer à exercer son pouvoir de concentration, afin de faire naître le calme intérieur.

L'objet de la méditation est de s’intéresser au normal et au quotidien pour en apprécier toute la richesse et toutes les nuances.

Le but de la méditation est justement d’apprendre à ne pas avoir de but et de simplement chercher à méditer.

Plus vous chercher à assouvir une attente particulière, plus vous créez une attente et du stress, en attendant un résultat bien défini.

 

Ce n’est pas non plus la négation de vos émotions et de qui vous êtes.

Il ne s’agit pas de croire que ce que vous ressentez actuellement n’est pas conforme à ce que vous devriez éprouver… sinon vous allez vous faire plus de mal que de bien.

La pratique vise au contraire, à prendre soin de vous en vous acceptant pleinement et en accueillant toutes les émotions qui s’offrent à vous.

 

Ce n’est pas non plus un apprentissage mais un comportement, une pratique.

Lorsque vous méditez, vous rencontrez votre propre humanité, votre intériorité et vous mettez en place les conditions nécessaires pour passer un moment de qualité. Mais vous ne pouvez pas apprendre cela.

Vous devez simplement pratiquer la méditation de la manière qui vous convient le mieux.

Au début, le silence et l’immobilité qui résultent de la pratique méditative peuvent sembler inconfortables ou étranges.

Puis petit à petit, vous apprivoisez le silence et même l’ennui que vous pouvez ressentir.

Enfin, plus vous pratiquez la méditation, plus vous trouvez de l’intérêt à ce rendez-vous pris avec vous-même.

Elle est donc moins quelque chose que vous faites mais plus un état, une qualité que vous atteignez.

Elle vous permet d’être impliqué sans activité. Au contraire d’une activité, elle n’a ni début, ni fin.

 

Ce n’est pas l’absence de pensées.

Il ne s’agit pas d’essayer de faire le vide dans sa tête pour ne se concentrer que sur les sensations.

Il s’agit au contraire de consentir à être là où nous sommes, immobile.

Bien entendu, des pensées hétéroclites vont traverser notre esprit, mais nous ne devons prêter aucune attention à nos pensées, et simplement les accepter sans s’en inquiéter.

Nous devons donc arrêter de nous en soucier… et nous placer en tant que simple observateur.

Elle vous permet de dissoudre les murs invisibles que l’inconscience a construits.

 

Voyons maintenant ce qu’elle est :

 

Elle est donc un ancrage dans le réel et dans la situation présente.

Elle signifie devenir absolument conscient.

Quand vous méditez, vous ne vous éloignez pas de la réalité, mais vous vous ancrez dans le réel.

Méditer consiste donc à nous connecter à notre présent pour en faire pleinement l’expérience.

Cela nous aide à accepter ce qui est et non à transformer notre situation.

Il faut simplement se reconnecter à notre corps et observer notre expérience de la réalité.

C’est d’être au-delà du mental. Et au final, pouvoir ressentir, même les yeux ouverts, la séparation entre vous et votre esprit.

 

Elle est une reconnexion aux autres et au monde.

Elle rétablit du lien entre nous, les autres et notre rapport à la vie.

Elle nous permet de comprendre ce qui compte véritablement pour nous en étant présent au monde, ici et maintenant.

Elle nous aide à trouver ce qui nous motive réellement et à avoir une idée du sens que nous voulons donner à notre vie.

Elle est aussi acceptation de tout.

Il ne s’agit pas de considérer que tout ce qui nous arrive est positif, mais que tout ce qui nous arrive (événements ou pensées ) existe, et que nous devons vivre dans cette réalité.

 

Elle nous permet d'exercer notre pouvoir de choisir.

En nous permettant d’être dans la réalité, et d’observer nos émotions, elle nous donne le pouvoir de travailler dessus et de choisir comment nous voulons les vivre.

Méditer n’est pas supprimer nos difficultés ou refuser de les voir… mais entraîner notre cerveau à ressentir tous ces états différemment.

Elle nous permet de séparer la réaction physique du corps à un stimulus ( comme de se brûler), de la réaction émotionnelle du cerveau qui pense (j’ai mal).On perçoit toujours la sensation de brûlure, mais on peut décider de la traiter autrement que comme de la douleur.

Cela nous permet de reprendre contrôle sur nos sensations et de réduire notre souffrance émotionnelle.

Les études ont démontrées que la méditation est au moins aussi efficace que les médicaments traditionnels, tout en présentant beaucoup moins d’effets secondaires.

Elle nous permet lâcher prise sur notre environnement.

En prenant conscience des émotions qui nous traversent et à en identifier la source, elle nous offre donc le choix :- de voir les faits tels qu’ils sont réellement et de décider qu’ils ne sont pas des problèmes.- de ne plus subir nos peurs et de reprendre la main sur nos désirs.- d’observer nos émotions et de décider de ne pas nous laisser gouverner par elles.

 

Elle nous permet de reprendre le contrôle sur la manière dont nous vivons les expériences imprévisibles de notre vie. Nous comprenons alors que ces émotions sont des représentations mentales et que nous pouvons choisir de les modifier.

 

En résumé, méditer, c’est : accueillir le silence ; accorder une pause à son esprit, lui permettre de se calmer ; devenir absolument conscient ; arrêter de s’identifier et revenir à votre nature originelle ; se libérer du stress, de la tension et de l’anxiété ; vous impliquer avec l’univers sans activité ; devenir une solution et non plus un problème ; prendre conscience de la magie de votre existence ; s’éveiller à de nouvelles dimensions en vous.

Energie et Stabilité

Nous devons prendre la responsabilité de notre énergie et notre stabilité.

« La vie est une certaine quantité de temps et d’énergie» « Sans énergie, il n’y a pas de vie »

« Sans stabilité, vous dépensez beaucoup d’énergie inutile, vos choix sont mal adaptés et vos actions sont peu efficaces. »  « C’est le contrôle sur vous-même qui vous permet de faire les choses sans effort , avec une dépense d’énergie minimum »

 

L’association entre énergie et stabilité, c’est notre capacité à mettre notre corps et notre mental au maximum au service de nos actions.

Pour utiliser tout notre potentiel, nous avons besoin d’énergie pour le corps et de stabilité du mental pour la contrôler.

L’objectif est donc d’associer énergie et stabilité pour un maximum d’efficacité.